1èr de Mai de 2015 a Pau

2 Mai

11169949_846000958769879_8401327146462978978_n

CAMBIEN LO MONDE ! (OC/FR)

La crisi deu sistèma capitalista qu’en·honsa los pòbles en ua situacion mei en mei intienedera. Milions de tribalhadors de l’exagòne que pateishen de front la degradacion de las lors condicions de vita. Dens las societats, lo capitalisme qu’impausa la destruccion deus aquesits de civilizacion (Còdi deu Tribalh, Seguretat Sociau, retiradas, libertats individuaus, etc) ganhats per lutas victoriosas passadas. Endehòra, l’imperialisme – francés purmèr – que bombarda e arroeina país entad obrir mercats navèths e arrecaptà’s las matèrias purmèras, atau com en Libia per exemple, dab las consequéncias qui coneishem. Las tensions enter poténcias que mian per segur a la guèrra. L’ipocrisia deus nostes mestrejants qu’apèra modernizacion l’avalida deus nostes aquesits sociaus, mentre que las guèrras e son operacions umanitàrias entà miar la democracia…

Uei l’egemonia culturau qu’ei 100% a dreta. Tot dia lo monopòli mediatic (teles, ràdios, jornaus…) que’ns nega a contunhar d’un hèish d’ideas reaccionàrias. Tot qu’ei bon entà dividir las classas oprimidas : un tròç de teishut, un menut a l’escòla… Mentretant ne parlan pas deu caumatge, de la corrupcion deus eleits, deu salari minimum, de la santat, de l’educacion qu’ahona, en un mot, de las causas importantas. Tot qu’ei bon entà desarmar-nse e que ns’assomelham.

Un sistèma qui crea 5 milions de caumaires e autan precaris, qui desindustrializa, qu’apraubeish culturaument, qui mia a l’òdi de l’aute, e qu’organiza la guèrra qu’ei un sistèma en falhita.

Lo capitalisme qu’a hèit camin, la crisi de 2008 que’n marca lo termiau istoric. La crisi que mia la falhita d’ua partida de l’esquèrra extrèma, estremada deu pòble, mes tanben, la de la sociau-democracia.

Aquera remesa en causa de hèra de las nostas certituds que’ns honha, nosauts progressistas, a miar ua reflexion de hons cap a la situacion e a las nostas practicas.

Que devem partir de la nosta situacion vertadèra entà miar un tribalh en las massas, entà tornar activar la luta de classas e lo combat entaus nostes drets com occitanas e occitans.

La nosta mission qu’ei virar lo monde vielh en miar com cau la revolucion sociau.

La situacion qu’ei dura mes que podem, pr’amor de la nosta accion conscienta e collectiva, cambiar las règlas deu jòc.

Aqueste 1èr de Mai, Hèsta deus espleitat-das, qu’ei lo parat d’aviar aquesta reflexion en encontrà’s e en bastir l’unitat populara a la basa. Qu’entenem per unitat populara ua amassada larga e plurau qui l’objectiu qu’ei l’edificacion d’un sistèma politic socialista aparat sus la democracia e la justícia sociau ací, en Occitània. Que devem combàter l’egemonia reaccionària en explicar a contunhar que tots los problèmas que los tribalhadors e las classas popularas encontran tot dia, non podem pas estar reglats que per un cambiament radicau de sistèma.

Combàter lo fascisme e lo racisme en bastir la solidaritat populara qu’ei la purmèra de las condicions entad estancar aquesta situacion.

Bastim l’unitat populara !

Visca la Revolucion sociau !

TÈRRA, SOCIALIME E LIBERTAT !

 10403668_846000722103236_1474018815223825323_n

 

TRANSFORMONS LE MONDE !

La crise du système capitaliste plonge les peuples dans une situation de plus en plus intenable. Des millions de travailleurs de l’hexagone subissent de plein fouet la dégradation de leurs conditions de vie. Dans les sociétés, le capitalisme impose la destruction des acquis de civilisation (Code du Travail, Sécurité Sociale, retraites, libertés individuelles, etc) gagnés par les luttes victorieuses passées. À l’extérieur, l’impérialisme – français plus particulièrement – bombarde et détruit des pays pour ouvrir de nouveaux marchés et s’accaparer les matières premières, comme en Libye par exemple, avec les conséquences que nous connaissons. Les tensions entre puissances mènent inéluctablement à la guerre. L’hypocrisie de nos dominants nomme modernisation la destruction de nos acquis sociaux, tandis que les guerres sont des opérations humanitaires pour amener la démocratie…

L’hégémonie culturelle est aujourd’hui 100% à droite. Chaque jour le monopole médiatique (télés, radios, journaux…) nous inonde d’un flux incessant d’idées réactionnaires. Tout est bon pour diviser les classes opprimées, un bout de tissu, un menu à l’école… Pendant ce temps on ne parle pas du chômage, de la corruption des élites, du salaire minimum, de la santé, de l’éducation qui sombre, en un mot, des choses importantes. Tout est bon pour nous désarmer et nous plonger dans une torpeur impuissante.

Un système qui crée 5 millions de chômeurs et autant de précaires, qui désindustrialise, qui appauvrie culturellement, qui entraîne la haine de l’autre, et organise la guerre est un système en faillite.

Le capitalisme a fait sont temps, la crise de 2008 marque sa limite historique. La crise entraîne la faillite d’une certaine extrême gauche coupée du peuple, mais aussi, celle de la social-démocratie.

Cette remise en cause de beaucoup de nos certitudes nous pousse, nous progressistes, à mener une réflexion de fond sur la situation et sur nos pratiques.

Nous devons partir de notre situation réelle pour mener un travail dans les masses, pour réactiver la lutte de classes et le combat pour nos droits en tant qu’occitanes et occitans.

Notre mission est de transformer le vieux monde en menant à bien la révolution sociale.

La situation est dure mais nous pouvons, par notre action consciente et collective, changer les règles du jeu.

Ce 1er Mai, Fête des exploitéEs, est l’occasion d’amorcer cette réflexion en se rencontrant et en construisant l’unité populaire à la base. Nous entendons par l’unité populaire un rassemblement large et pluriel dont l’objectif est l’édification d’un système politique socialiste basé sur la démocratie et la justice sociale ici, en Occitanie. Nous devons combattre l’hégémonie réactionnaire en expliquant inlassablement que les racines de tous les problèmes que les travailleurs et les classes populaires rencontrent au quotidien, ne peuvent être réglés que par un changement radical de système.

Combattre le fascisme et le racisme en construisant la solidarité populaire est la première des conditions pour stopper cette situation.

CONSTRUISONS L’UNITÉ POPULAIRE !

VIVE LA RÉVOLUTION SOCIALE !

TÈRRA, SOCIALIME E LIBERTAT !

Advertisements
%d bloggers like this: