Sur la démocratie participative à Pau

13 Dec

Security on topLibertat ! a décidé d’aller voir comment se passe les réunions de quartiers organisés par la mairie pour développer la démocratie participative. Nous vous proposons un compte-rendu.

Réunion publique du centre ville de Pau,
Complexe de la république le 01/12/14

Près de 100 personnes se sont déplacées pour participer à ce rendez-vous. Les gens désertent de plus en plus les rendez-vous politiques, comment expliquer cette fréquentation subite… les gens se sentent-ils acteurs de leur territoire ? Sont-il prêts à exercer leur droit démocratique ? Qu’est-ce que ces gens veulent ?

Suite à la présentation des divers intervenants (1ere adjointe Mme Poueyto, des responsables de divers services de la mairie, une représentante de la SIAB, la chargée à la sécurité de la préfecture, cle hef de la police locale, etc.) et d’un discours succin de Mme Poueyto, les habitants du quartier du centre ville se sont exprimés. Suite à un tour d’horizon, moins de 8 personnes sont âgées de moins de 30 ans…

Démocratie réelle ou réelle poudre aux yeux 


Certes, la volonté d’organiser des réunions de quartier par secteurs pour rapprocher le pouvoir du peuple est une chose louable, mais quel est le but premier de ces réunions ? Comment est-ce interprété par la mairie ? Est-ce pour faire plaisir à son électorat en rassurant ses concitoyens ? Est-ce que la mairie va vraiment prendre en compte l’avis des citoyens t ? Est-ce que tout cela va avoir une porté sur la politique globale de la ville ?

A première vue ces réunions ressemblent à un bureau des pleurs. De prises de paroles en prises de paroles, les gens relatent leur problèmes de circulation, parfois les incohérences de circulation, le manque de place pour se garer, de l’insécurité, des incivilités, etc.,

Incivilité/ Insécurité

Ce qui est souvent revenu lors des prises de paroles c’est les questions d’incivilités et d’insécurités.


Tout d’abord, voici la définition : « l’insécurité » désigne dans leur vie quotidienne le sentiment fait d’anxiété ou de peur que peut ressentir un individu ou une collectivité devant ce qui pourrait advenir. Il s’oppose au sentiment de sécurité ou de sérénité  et l’« Incivilité » désigne un comportement qui ne respecte pas une partie ou l’ensemble des règles de vie en communauté telles que le respect d’autrui, la politesse ou la courtoisie.

Quelquefois même avec violence, les prises de parole de ces thèmes sont majoritaires dans les questions posées. Elles sont très souvent le reflet d’une classe de gens, assez aisées, qui ont accumulé beaucoup de haine et manifeste un besoin de vider leur sac remplit de frustrations. La stigmatisation fait bon train au sein d’une telle population : la crainte du marginal/mendiant, des gens alcoolisés qui sortent des bars et qui, d’un commun accord pisseraient tous sur la même porte d’entrée, des personnes qui aimeraient que les heures de fermeture des bars soient plus tôt, qui sont outrés quand ils se font rembarrer par la police qu’ils appellent pour faire de la délation concernant une « nuisance », ce qui ne passe pas pour une priorité pour les policiers, qui se plaignent de la saleté des rues avec 3 crottes de chien, s’offusquent même de se faire réveiller par les machines municipales qui nettoient les rue des 5/6h, une personne a même demandait s’il ne serait pas possible d’avoir des quotas pour le nombre de mendiants/marginaux !, ou encore plus de « vidéo-protection » et de patrouilles de polices… où va-t-on ?

Les gens commettent-ils plus d’incivilités qu’avant ? Que faut-il faire pour résoudre ces mal-êtres ? Transformer Pau en ville en zone de sécurité ? Faut-il mettre une caméra sur chaque personne ? à chaque coin de rue ? Mettre des drones dans lo bèth cèu de Pau ? Faut-il mettre en place un couvre-feu ? Sommes nous réellement en insécurité à Pau ? Les gens présents à cette réunion n’ont-ils jamais été jeunes ?

A part des préoccupations pécuniaires individualistes, nous voyons ici la majorité des « tristes » sujets d’ « inquiétudes » de cette frange de population qu’est la petite bourgeoisie. Même si à l’échelle de la population ils sont minoritaires, ils savent malheureusement bien faire passer leur idée et être présents pour faire bloc quand ils doivent faire passer leur message, voir par exemple l’article : http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2014/12/02/centre-ville-les-habitants-denoncent-les-nuisances,1222175.php et les commentaires.
Durant cette soirée, le responsable de la police locale a spécifié qu’il n’y avait presque pas d’appel de réclamations ou plaintes les soirs concernant ces incivilités et autres nuisances sonores.
D’un coté, on entend « Pau se meurt » et de l’autre « il faut une vie de quartier », mais bien sûr, sans bruits. Des contradictions qui ne devrait pas exister dans une vie en collectivité normale ou chacun a sa place, jeunes, moins jeunes et personnes âgés, ceux qui travaillent tôt et ceux qui ont aussi le droit se décontracter, partager avec des amis un verre, faire la fête, etc.

Bien sur il faut un juste milieu avec de la tolérance et un savoir vivre, mais surtout savoir relativiser : quand on choisit de vivre en centre ville, c’est aussi qu’on veux être au cœur de la vie sociale. Qui ne se souvient pas des soirées au triangle, où il y avait 5 bars et les rues bondés… n’est-ce pas ces « consommateurs » de bar, qui si ça se trouvent, leur livreront le lendemain leur repas, transporteront leurs colis, leur déménageront des objets, les soigneront, leur trieront leurs déchets, etc. et souvent même, dans le plus grande indifférence, avec des contrats de travail précaires.

Mais surtout, n’y a-t-il pas d’autres problèmes de société plus importants qui touchent directement les gens et leur quotidien ? N’y a-t-il pas un quart des paloises et palois qui vivent sous le seuil de pauvreté, pas loin de 10% de chômeurs à Pau (8,8% chiffre 2013), 13,9% de logements vacants alors que dans l’état français c’est 7,5% (chiffre INSEE 2011), que la dette de la municipalité est de 66 758 000 €, des fréquentations malheureusement records des restos du cœur, du gouffre financier que coûte chaque caméra 50 000€ (6 pour l’instant à Pau, mais surveillance en direct pas écarté), pourquoi la population de l’État français est-il le pays le premier consommateur d’antidépresseur  au niveau mondial, etc.

Pourtant, petite anecdote, un récent article indique que Pau est la 6eme ville de référence mondiale pour y passer sa retraite selon le magazine Forbes :
« Selon le site, pour aboutir à ce classement, « des centaines de statistiques » ont été compilées et passées à l’aune d’une douzaine de critères : la qualité du climat, le coût de la vie, la criminalité, le nombre de personnes parlant anglais, les divertissements, le cadre environnemental, l’importance de la communauté expatriée, les infrastructures, le marché de l’immobilier, l’offre résidentielle, les impôts… » (article de République des Pyrénées 05/11/14). Bon certes, la majorité de la population n’aura pas du tout les mêmes critères de choix pour une vie normale en Béarn, mais devrait satisfaire encore une fois les classes aisées. Voir l’article sur le blog de libertat ! Bearn ici.

La réponse de la municipalité :


> Mise en place d’une patrouille de police municipale de nuit, de plus vidéo-protection, de continuer les nettoyages de tag (coûte une fortune), de faire remonter toutes questions/problèmes, etc.

– De toute façon on sait très bien que mettre des cameras ne résout en rien les problèmes, elles les déplacent, à quoi sert de filmer la pauvreté ?. Et si c’est pour dissuader ou empêcher l’« insécurité », on a vu l’échec du système de surveillance avec l’affaire Alexandre Junca, elles n’ont servi à rien ! Vidéo-protection, mais protection de qui ?

-Concernant les tags, c’est un reflet sociétal du manque de démocratie, d’une expression populaire, Concernant les lieux et le message, c’est autre chose… Il est ici plus le jeu du chat et de la souris.

– La patrouille de nuit aura-t-elle une utilité ? Au vu  du nombre de passages de voitures policières en ville la nuit et de la fréquence de passages devant certains bars et quartiers, est-ce opportun ?
D’un discours plus modéré et tolérant de la part de la Mairie envers les marginaux, en réponse à certaines questions posées, avec la mise en place de travaux aidés de réinsertion en travaux d’utilité générale.

Mais cela est à surveiller, si c’est pas des TIG comme des sanctions suite à des infractions/délits ou des emplois précaire. D’aveu même de la 1ère adjointe, la ville de Pau subit les baisses générales de financement de l’État. Seront-ils à la hauteur pour exhausser ces belles promesses ? Les budgets serviront-ils l’intérêt général social populaire et culturel, ou juste à faire plaisir à une frange de la population qui pourrait réélire la même municipalité.

Nous avons là affaire à du populisme, on met plus de police, on efface les tags, pour montrer qu’il y a quelques chose de fait mais enfin de compte rien sur le fond, rien sur a pauvreté qui se développe, sur le mal-être général de la population et de la jeunesse en particulier.

Avec Libertat ! nous comptons démontrer que le système politique actuel ne pourra résoudre aucun des 1000 problèmes que les classes populaires rencontrent au quotidien. C’est en portant les problèmes, les injustices qu’une majorité de la population vie au quotidien que nous démontrerons la nécessité de changer de fond en comble le système politique et économique. D’ailleurs le type de personne (et les problèmes portés) participant à cette « démocratie participative » démontre que la majorité des gens ont bien compris que la politique actuelle n’est qu’un spectacle de marionnette.


Sources :

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2014/12/02/centre-ville-les-habitants-denoncent-les-nuisances,1222175.php
http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2014/11/05/pau-dans-le-gotha-mondial-des-villes-ou-prendre-sa-retraite,1218049.php
http://www.journaldunet.com/business/budget-ville/pau/ville-64445
http://www.linternaute.com/ville/pau/ville-64445/immobilier
http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2014/02/07/pau-19-des-menages-vivent-sous-le-seuil-de-pauvrete,1178307.php
http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2014/06/25/les-premieres-cameras-pour-juillet,1199268.php

Crimes (nrj12) http://www.youtube.com/watch?v=l_D2LRHzLmQ

Advertisements

Daissar una responsa

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Cambiar )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Cambiar )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Cambiar )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Cambiar )

Connecting to %s

%d bloggers like this: