Forbes et après…

6 Dec

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2014/11/05/pau-dans-le-gotha-mondial-des-villes-ou-prendre-sa-retraite,1218049.php

cover vw 050613_QG.inddNous apprenons que Pau vient d’être classée par le très sérieux magazine économique états-unien  « Forbes » sixième ville dans le monde où il fait bon passer sa retraite. Il n’y a que la bourgeoisie locale et son représentant Monsieur le Maire qui peut se réjouir de cette nouvelle. Pour les travailleurs et les classes populaires c’est évidemment une autre affaire. Pau est déjà victime d’une gentrification très forte, c’est-à-dire que les classes populaires sont reléguées dans les périphéries par divers moyens : réhabilitations urbanistiques, augmentations des loyers, des impôts locaux etc. La rénovation du Hédas va dans ce sens, faire table rase du passé populaire et laissé place net pour les classes plus argentées et aussi, au passage, se gaver avec la spéculation foncière.

Le Maire l’a dit il veut faire de Pau une ville chic. Le centre-ville exprime bien ce projet avec les quelques rues autour de la place Clémenceau propres sans rien qui dépasse. Mais il est devenu impossible de trouver des magasins de première nécessité à des prix abordables dans le centre. Le maire travaille pour sa classe et il ne s’en cache pas comme il le stipule lui-même à la fin de l’article :

« Et tout le monde se rendra compte bientôt qu’elle est formidable pour les retraités, mais aussi pour les étudiants, les entrepreneurs, les chercheurs… »

Et pour ceux et celles qui ne font pas parties de ces catégories-là, qui sont, nous le rappelons, l’immense majorité et qui plus est les principaux créateurs de richesse, aucune précision.

Pau et le Béarn, tout comme le pays Basque et globalement toute la Gascogne va devenir une nouvelle région  Alpes Côte-d’Azur, saccagée, bétonnée, vendue aux promoteurs immobiliers, aux politiques corrompus et à la maffia, mouroir pour bourgeois de l’Etat, de l’Europe et du monde. Comme en Provence, la culture occitane en Béarn passera loin derrière les préoccupations de notre bonne vieille municipalité devenue comme au bon vieux temps plus anglophile que la Reine. Et comme en Provence les inégalités vont exploser et le fascisme aussi.

Avec Libertat! et plus globalement avec ceux qui luttent contre ce monde en délabrement nous comptons faire irruption dans leur petit spectacle politicien pour défendre les intérêts des classes populaires et des travailleurs d’Occitanie et du Béarn.

Advertisements

Una responsa to “Forbes et après…”

  1. Burugorri 10 decembre 2014 a 4:10 del tantòst #

    Une ville formidable pour les étudiants ? Une ville formidable, donc, pour des gens qui ne gagnent pas de salaire et payent en plus de ça des frais d’inscription à un prix scandaleux ?
    Désolé de na pas être totalement convaincu…

Daissar una responsa

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Cambiar )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Cambiar )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Cambiar )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Cambiar )

Connecting to %s

%d bloggers like this: