SOS Universitats

23 Nov

Òc e fr
La lei LRU (votada en 2007) qui mia a l’autonomia financèra de las universitats, en d’autes termis l’inclusion de capitaus privats dens l’educacion, qu’a seriosament agravat la situacion financèra de las universitats, notablament la de las mei petitas. Las qui ne s’i escaden pas a atirar los capitaus privats que s’arretròban en quasi falhita.

Darrèrament, ua navèra alèrta pendent lo mes de noveme que’ns dèisha véder de la caduda de l’ensenhament superior. Los estudiants borsièrs qu’an devut aténer la fin deu mes de noveme tà tocar las lors borsas. Lo ministèri de l’Ensenhament Superior e de la Recèrca qu’auré « tot simplament” desbrombat de budgetizar lo 10en mes de borsa anonciat peu son ministre M. Laurent Wauquiez. Lo CROUS que s’ei alavetz arretrobat dens l’incapacitat de versar l’argent suu compte deus estudiants, mes qu’a totun podut reclamar sons logars aus estudiants !

Aquesta situacion qu’a hicat los estudiants dens ua urgéncia financèra de las grèus : incapacitats a pagar los logars, descobèrts bancaris, abséncia de moneda tà respóner a las despensas vitècas tau que la viòca.

A l’universitat, qu’ei l’omerta, arrens ne sembla esmave’s d’aqueth embarbolha’s administratiu qui pren anars de falhita estatica. De mei, aquesta situacion que’ns prova un còp de mei que l’estat francés que hè tot çò que pòt tà aluenhar las classas popularas deu domèni universitari. En mei de la falhita economica, l’universitat que coneish ua falhita morau e intellectuau.

Libertat ! Que vòu purmèr denonciar aquesta situacion. L’universitat que deu estar bastida com un lòc popular. Los estudiants qu’i deven accedir dens las medishas condicions. Que demandam lo versament de borsas decentas, borsas qui prenen en compte lo còst de la vita actuau, lo còst deu lotjament, de la despensas ligadas a la solidaritat eca. De mei, las borsas que deven estar versadas imperativament en debuta de mes.

Aqueth ahar que’ns amuisha tanben la torciròla de la precaritat estudianta. La misèria en çò deus joens existeish, e que possa daubuns e daubuas a prostituí’s tà pèishe’s. Har estudis ne deu pas estar ligat a la precaritat, a la misèria, au sexisme, …

Lo saber n’a pas de prètz, que’ns devem bàter tà que demore accessible per tots e totas.

Que devem bastir ua universitat populara, autogerida e a gratis.

Bastir, Crear, Lutar !

 La loi LRU (votée en 2007) qui entraîne l’autonomie financière des universités, en d’autre terme l’inclusion de capitaux privés dans l’éducation, a sérieusement aggravé la situation financière des universités, notamment les plus petites. Celles qui ne parviennent pas à attirer les capitaux privés se retrouvent aujourd’hui en quasi faillite.

 

Dernièrement, une nouvelle alerte pendant le mois de novembre, nous laisse envisager la dégringolade de l’enseignement supérieur. Les étudiants boursiers ont du attendre la fin du mois de novembre pour toucher leur bourse. Le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche aurait «tout simplement» oublié de budgétiser le 10ème mois de bourse annoncé par son ministre, M. Laurent Wauquiez. Le CROUS s’est alors retrouvé dans l’incapacité de verser l’argent sur le compte des étudiants, mais a pu tout de même réclamer ses loyers aux étudiants !

 

Cette situation a mis les étudiants dans une urgence financière grave : incapacité à payer les loyers, découverts bancaires, absence d’argent pour répondre aux dépenses vitales telles que la nourriture.

 

A l’université, c’est l’omerta, personne ne semble s’émouvoir de ce «cafouillage» administratif qui prend des allures de faillite étatique. De plus cette situation, nous prouve une fois de plus que l’État français met tout en œuvre pour éloigner les classes populaires du domaine universitaire. En plus de la faillite économique, l’université connaît une faillite morale et intellectuelle.

 

Libertat ! tient tout d’abord à dénoncer cet état de fait. L’université doit être conçue comme un lieu populaire. Les étudiants doivent y accéder dans les même conditions. Nous réclamons le versement de bourses décentes, des bourses qui prennent en compte le coût de la vie actuelle, le coût du logement, des dépenses liées à la scolarité, etc. De plus les bourses doivent être versées impérativement en début de mois.

 

Cette affaire nous révèle aussi la spirale de la précarité étudiante. La misère chez les jeunes existe, elle pousse même certains et certaines à la prostitution pour se nourrir. Faire des études ne doit pas être lié à la pauvreté, à la misère, au sexisme, …

 

Le savoir n’a pas de prix, nous devons nous battre pour qu’il reste à la portée de toutes et tous.

 

Nous devons bâtir une université populaire, autogérée et gratuite.

 

Bastir, Crear, lutar !

Advertisements

Daissar una responsa

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Cambiar )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Cambiar )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Cambiar )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Cambiar )

Connecting to %s

%d bloggers like this: