300 manifestants a Auloron (oc e fr)

14 Jun

Banderola a Pau, au ras de la gara, abans de préner lo trin tà Auloron.

En seguir de la realizacion de l’A65, lo projècte autorotèr enter Pau e Auloron, o entà estar precís en­ter Puèi de Lescar e Gurmençon qu’ei tornat per fòrça. Quauques mes a que s’ei apitat un sindicat mixte d’estudi qui amassa los principaus notables lo­caus arrepresentant las aglomeracions bearnesas. La region Aquitània que sos­tienerà lo projècte en pagar ua partida deus estudis tot com lo Conselh Gene­rau deus Pirenèus Atlantics. Pertocant la participacion de l’Estat, negociacions que son en cors, lo conselh generau que demanda ua ajuda de 60 milions d’euròs en escambi deu finançament de la LGV.
En usar deu sempiternau arrepic tau desenclavament de Bearn e deu par­çan auloronés, acompanhat adara deu semblar de securizacion de la rota dita «Pau / Auloron» qui causè numerós morts aquestas darrèras annadas, los poders publics e los lobis patronaus que tornan préner amassa lo projècte internacionau de transpòrt autorotèr E7. N’ei pas navèth, que n’entenem a parlar despuish que s’ei traucat lo tunèl deu Sompòrt, dab quasi 10 ans de luta e de repression contra los opausants.
Gessit de la taula redona europèa deus industriaus (ERT), aqueste projècte que s’apita en l’encastre d’un plan europèu d’infrastructuras qui l’objectiu ei de melhorar la circulacion èst-oèst e nòrd-sud de las mercanderias. Aqueste plan qu’estó tanben acompanhat per pro­jèctes de linhas a grana velocitat, ua in­frastructura unica qui vòu respóner a la politica deus FLUX TENDUS : los estòcs que còstan mensh quan son sus la rota que non pas dens las enterpresas.

Las consequéncias, que las coneishem. Que pertòcan mantuns domènis. Delà deu hèit que provòca la desertifica­cion de las campanhas, l’èish E7 que hè puishèu a l’espandida de las economias locaus qui seràn sosmesas a ua concu­réncia mei anar mei importanta. L’ERT que vòu tanben influençar lo mercat de l’emplec. Que denóncia en los sons documents lo pès de las cargas sociaus e la rigiditat de las leis pertocant l’em­baucha, los licenciaments, lo temps de tribalh e lo salari minimum.
La realizacion de l’autorota Puèi de Lescar / Auloron que provocaré tanben ua aumen­tacion sensibla deu nombre de camions sus las rotas, en particular suus camins de la vath d’Aspa.
Aqueras consequéncias que son conegudas peus territòris traucats peus èishs interna­cionaus, mes que son negadas peus notables locaus, de tots partits politics, convençuts que son que l’acceleracion deus escambis ei forçada­ment sinonima de progrès.
Mentre que la populacion de vath d’Aspa e’s planh deu passatge deus camions, los poders publics que vòlen fa­vorizar mei enqüèra lo trans­pòrt de mercanderias per la rota. Tot com los patrons arrepresentats per la CCI per l’associa­cion BAP, qu’espèran qu’arron la mesa en plaça de la ligason autorotèra dinc a Auloron e seguirà la dinc au Sompòrt. Atau que’s poderàn realizar un saunèi vielh de 30 ans.
Un còp de mei, lo pòble que’s harà col­honar peus elegits locaus, las institu­cions e lo patronat, dab projèctes qui non serveishen pas qu’a har créisher los beneficis deu capitau, e shens nada compensacion entaus tribalhadors.
Qu’ei tot aquò que cau aver au cap quan nse perpausan infras­tructuras navèras. Pausam nse aqueras questions : d’on vien aqueste projècte ? A qui pro­fieita ? Qui decida ? Qui’u va subir ? Perqué tan moneda publica guastada mentre que la gestion seré privada ?
Tant qu’un projècte non responarà pas aus besonhs de la populacion, tant que lo pòble non participarà pas a las deci­sions e tant que ne’s hicaràn pas en pla­ça vertadèrs debats tà l’amainatjament deu territòri noste, que demoraram oposats a tota navèra infrastructura autorotèra o a las navèras linhas de camin de hèr a grana vitessa.

Après la réalisation de l’A65, le projet autoroutier entre Poèi de Lescar et Auloron est revenu en force, et ce en quelques années. Déjà un syndicat mixte d’étude est en place et rassemble les principaux notables locaux représentants les agglomération béarnaises, la région Aquitaine le soutiendra financièrement payant une partie des études nécessaire comme le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques qui fait partie de ce syndicat.
Avec le sempiternel refrain sur le désenclavement du Béarn et du bassin oloronais, accompagné maintenant du prétexte de sécuriser enfin le trajet Pau-Auloron très accidentogène et meurtrier, les pouvoirs publics et les lobbies patronaux reprennent en cœur le projet international de transport autoroutier E7 dont on entendait plus parler depuis la construction du Tunnel du Somport et quasiment une dizaine d’années de lutte et de répression contre les opposants.
Né à l’initiative de la Table ronde européenne des industriels (ERT), ce projet s’inscrit dans celui bien plus large d’une infrastructure européenne unique dont l’objectif est d’améliorer la circulation Est-Ouest et Nord-Sud de la marchandise. Les projets autoroutiers étant accompagnés aussi de projets de LGV, cette infrastructure unique doit répondre ainsi à la politique des flux tendus : les stocks sont moins chers à gérer sur les routes qu’au sein des entreprises.
Les conséquences de ce projet sont connus et elles touchent de nombreux domaines. Outre le fait de provoquer la désertification des campagnes, l’axe E7 ne laisse aucune chance aux économies locales qui seront soumises à une concurrence encore plus dure. Car la ERT compte bien aussi influencer le marché de l’emploi et dans ses documents elle dénonce le poids des charges sociales et la rigidité des lois concernant l’embauche, les licenciements, le temps de travail et le salaire minimum.


Autre conséquence aussi que provoquerait la réalisation de l’autoroute Poèi-Auloron, puis de celle, n’en doutons pas, entre Auloron et le tunnel du Sompòrt : l’augmentation terrible du nombre de camion, en particulier dans l’étroite vallée d’Aspe.
Ces conséquences pourtant bien connues par les territoires qui sont traversés par les axes internationaux sont aussi niées par les notables locaux, tous partis confondus, convaincus qu’ils sont que l’accélération des échanges est synonyme de progrès.
Alors que déjà la population en vallée d’Aspe se plaint du passage de trop nombreux camions, les pouvoirs publics veulent favoriser encore le transport de marchandise par route. Comme les patrons représentes par la CCI e l’association BAP, ils espèrent qu’une fois la liaison assurée jusqu’à Auloron, celle jusqu’au tunnel du Sompòrt suivra logiquement en réponse à l’afflux de camions et ainsi sera réaliser ce projet pour lequel il se battent depuis les années 80.
Encore une fois le peuple sera le dindon de cette farce que joue nos élus, les institutions et les patrons. Des projets qui ne servent que la croissance des bénéfices fait sur le dos de ceux obligés de travailler pour vivre, sans jamais aucune compensation ni l’espoir d’un progrès social (encore moins par ces temps de régression sociale).
C’est tout cela qu’il faut avoir en tête lorsque l’on propose de nouvelles infrastructures. Posons-nous des questions : de qui est-ce le projet ? A qui profitera-t-il ? Qui décide ? Qui en pâtira ? Pourquoi  tant d’argent public, alors que sa gestion sera privé ?
Tant qu’un projet ne répondra pas aux besoins de la population, tant que le peuple ne participera     pas aux décisions et à l’emploi de l’argent public et tant que de véritables débats sur l’aménagement du territoire et la finalité du transport de certaines marchandises ne sont pas organisé, nous demeurons opposés à toutes nouvelles infrastructures autoroutières et aux nouvelles lignes ferrées à grande vitesse.

Advertisements
%d bloggers like this: