Nuclear, qu’ei non !

16 Mar

(Version française en suivant)

Japon que coneish aqueste mes de març un periòde hòrt maishant. Lo tsunami creat per un tèrratrem sosmarin qu’a devastat las còstas japonesas e qu’ei hèra important lo bilanç de las victimas.

Au darrèr d’aquera catastròfa naturau que’s pausa lo debat de l’energia nucleara. L’andadassa qui toquè Japon qu’a causat un accident important en la centrala de Fukushima au nòrd-èst de l’isla. Uei lo dia ne podem pas qu’estar hòrt inquiets pertocant los risques de radiacions de las populacions qui demoran en aqueth parçan.

Com ei sovent lo cas quan s’ageish de nuclear, las autoritats qu’escónen informacions e qu’ensajan de minimizar las consequéncias d’aquera catastròfa.

Libertat, com d’autas organizacions opausadas au nuclear, n’a pas esperat aqueth accident de centrala entà exigir l’abandon totau de l’energia nucleara suu planèta. Lo triste exemple de Fukushima qu’ei la pròva que l’espleitacion deu nuclear que compòrta risques qui non pòden pas mestrejar. Libertat que torna afirmar atau la soa oposicion radicau au nuclear. D’autas mejan de crear energia que son possibles e que dèven estar desvelopat au mei viste.

Nuclear, non mercés ! Ni en Occitània, ni alhors !

Version française :

Le Japon traverse ce mois de mars une très mauvaise passe. Le tsunami créé par un tremblement de terre sous-marin a dévasté les côtes japonaises et le bilan des victimes est très important.

Cette catastrophe naturelle pose le débat de l’énergie nucléaire. La grosse vague qui touchait le Japon a causé un accident important dans la centrale de Fukushima au nord-est de l’île. Aujourd’hui nous ne pouvons qu’être très inquiets en pensant aux risques de radiation des populations qui vivent à cet endroit. Comme c’est souvent le cas quand il s’agit de nucléaire, les autorités cachent des informations et essayent de minimiser les conséquences de cette catastrophe.

Libertat, comme d’autres organisations opposées au nucléaire, n’a pas attendu cet accident de centrale pour exiger l’abandon total de l’énergie nucléaire sur la planète. Le triste exemple de Fukushima est la preuve que l’exploitation du nucléaire comporte des risques qui ne peuvent être maîtrisés. Libertat réaffirme ainsi son opposition radicale au nucléaire. D’autres moyens de fabriquer de l’énergie sont possibles et ils doivent être développés au plus vite.

Nucléaire, non merci ! Ni en Occitanie ni ailleurs !

Advertisements

Daissar una responsa

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Cambiar )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Cambiar )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Cambiar )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Cambiar )

Connecting to %s

%d bloggers like this: