Cantonaus : Quinas alternativas tà l’agricultura ?

21 Feb

Au parat deus dus grans movements sociaus d’aquestas darrèras annadas : la cauma de la lèit e la luta contra la reforma de las retiradas, e quitament se los objectius esperats n’estón obtienguts, qu’avem sentit, tocat, la fòrça qu’arrepresenta lo pòble mobilizat. Qu’avem vist, taus qui l’avèvan desbrombat, que la luta de las classas existeish enqüèra : que son tostemps los tribalhadors, los paisans, los mei praubes que son pertocats quan los rics segueishen d’arrecaptar beneficis gigants. Que sabem uèi que cau bastir los nostes utís pròpis entà poder resistir mielhor, víver deu noste tribalh e aprestar las lutas qui vienen.

L’APLI e la Confederacion paisana qu’estón las solas organizacions paisanas a manifestar dab los tribalhadors salariats o pas. Qu’an perposicions e que’s pelejan. Que las avem donc invitat entà que’ns presentan las lors analisis e alternativas entà ua agricultura que pateish dificultats de las granas. Mentre qu’aquestes darrèrs dias n’i a qui’ns presentan ua agricultura shens nat defaut, paisans urós e arridolents e ua merca de luxe « Pyrénées Atlantiques”. Qu’èram donc curiós de conéisher çò que pensavan los nostes invitats : Guy Pébayle (APLI), Jean-François Paquaa (Conf’ Bearn) e tanben Jean-Michel Berho, socí deus sindicat basco ELB, dont l’experiéncia e las construccions son un exemple tà nosautes.

Lors des deux derniers grands mouvements sociaux de ces dernières années : la grève du lait et la lutte contre la réforme des retraites, et même si les objectifs escomptés n’ont pas été atteints, nous avons pu sentir, toucher du doigt, la force que représente le peuple en marche. Nous avons pu voir pour ceux qui l’avaient oublié que la lutte des classes existait toujours : ce sont toujours les travailleurs, les paysans, les plus pauvres qui sont les plus touchés alors que les plus riches continuent d’engranger des bénéfices colossaux. Nous savons aujourd’hui aussi qu’il nous faut construire nos propres outils pour pouvoir mieux résister, vivre de notre travail et préparer les prochaines luttes.

L’APLI et la Confédération Paysanne ont été les deux seules organisations paysannes à manifester avec les travailleurs salariés ou pas. Elles ont des propositions et elles agissent. Nous les avons donc invitées aujourd’hui pour nous présenter leurs analyses et leurs alternatives pour une agriculture en grande difficulté. Alors que ces derniers jours dans la presse on nous présente une agriculture sans défaut, des paysans heureux, souriants et une marque de luxe « Pyrénées-Atlantiques ». Nous sommes curieux de savoir ce qu’en pensent nos invités : Guy Pébayle (APLI), Jean-François Paquaa (Conf) et aussi Jean-Michel Berho, paysan basque et adhérent au syndicat ELB (Euskal Herriko Laborari Batasuna) dont l’expérience et les constructions sont un exemple pour nous.

Advertisements

Daissar una responsa

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Cambiar )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Cambiar )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Cambiar )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Cambiar )

Connecting to %s

%d bloggers like this: