Rassemblement contre cette société Sécuritaire et Xénophobe !!

18 Dec

Version Òc et Fr

 

Version Òc

Uei n’ei pas un dia gloriós per l’Estat Francés. Qu’èm amassats au dia d’abans l’esfaçament d’aquesta fresca de la solidaritat ordonat per ua justícia aus òrdis. Aus òrdis d’un govèrn qui uei estima que proclamar quauques principis umanistas qu’ei un delicte.

 

Ailàs, aquò qu’illustra plan l’epòca actuau qui ved los nostes drets redusí’s cada dia.

A l’assemblada qu’ei adara desbatuda ua navèra lei, dita LOPPSI 2, qui preved de durcir enqüèra la repression contra los immigrants e los shens lotjaments, de ren-forçar lo contròla deus poblants e de tostemps mei reglamentar las nostas vitas. Las gent concernida per aquesta lei qu’ei clarament designada: los estrangèrs, los rroms, los esquataires e los joens, que cau criminalizar e isolar de la resta deus poblants dont lo maucontentament sociau bronda.

 

Pr’amor çò que l’esfaçament d’aquesta fresca representa tà nosautes a Libertat! Qu’ei aquesta radicalizacion de l’òrdi securitari qui vòu tot controlar e badalhonar los e las qui refusan, s’opausan e resisteishen. Qué sian los e las qui ajudan un shens-papèrs percaçats pr’amor de la soa sola identitat. Qué sia Aurore Martin, militanta basco dont l’Estat vien d’acceptar la legalitat de la soa extradicion de cap a l’Estat Espanhòu per las soas solas conviccions independentistas.

 

A Vilhèras, Jean Yves Lalanne e la comuna qu’auràn resistit, e n’ei pas acabat ce sembla, mes enqüèra un còp la justícia qu’aurà balhat rason au poder.

 

La justícia francesa, arcaïca dens hèra de maines que demora l’instrument tà empachar l’emergéncia deus movements populars proporcionaus a la crisi que vivem e a la regression deus nostes aquesits sociaus e de las libertats civicas. E aquò que’s debana pertot en Euròpa, qué los govèrns sian de dreta o ce disent d’esquèrra.

 

Cap ad aquesta crisi deu sistèma, que cau pertant organizar la resisténcia e sola la convergéncia de las lutas e la construccion de navèths hialats locaus que poderàn enversar aquesta politica mesa en plaça a Brucellas, Paris e dens las autes capitaus europencas. Pr’amor n’i a pas uei, com per un aviéner pròche, nada alternativa au nivèu deus Estats, que devem locaument construsir la nosta autonomia, e tornar inventar a partir de basis solidas e de las realitats locaus lo noste aviéner.

 

Que’ns cau exprimir haut e hòrt las nostas conviccions e non pas deishar la plaça a la sola propaganda deu poder e a la pensada unica e conformista qui l’acompanha, e qui s’espandeish cada dia dens cada jornau televisat. Aquesta fresca que hè partida d’aquesta expression indispensabla e divèrsa, qu’ei pr’aquò que la sostienem. Com sostieneram tots los e las qui, doman, mei que jamei, n’auràn pas sonque coma sola alternativa que de desobedir, e aquò, tant que los pòbles n’auràn pas bastit ua alternativa ad aqueth sistèma qui’ns opressa e qui risca de perdurar enqüèra quauques temps. Per la libertat de circular, la libertat d’expression e de consciéncia: Solidaritat!

 

Version Fr

Aujourd’hui n’est pas un jour glorieux pour l’Etat français. Nous sommes rassemblés à la veille de l’effacement de cette fresque de la solidarité ordonné par une justice aux ordres. Aux ordres d’un gouvernement qui aujourd’hui estime que proclamer quelques principes humanistes est un délit.

Hélas, cela illustre bien l’époque actuelle qui voit nos droits se réduire chaque jour.

 

A l’assemblée est débattue une nouvelle loi en ce moment, dite LOPPSI 2, qui prévoit de durcir encore la répression contre les immigrés et les sans logements, de renforcer le contrôle de la population et de toujours plus règlementer nos vies. Les boucs-émissaires sont clairement désignés, les étrangers, les rroms, les squatters et les jeunes, qu’ils faut criminaliser et isoler du reste de la population dont le mécontentement social gronde.

 

Car ce que l’effacement de cette fresque représente pour nous Libertat, c’est cette radicalisation de l’ordre sécuritaire qui veut tout contrôler et bâillonner ceux et celles qui refusent, s’opposent et résistent. Que ce soient ceux et celles qui aident un sans-papiers pourchassé à cause de sa seule identité. Que ce soit Aurore Martin, militante basque dont l’Etat vient d’accepter la légalité de son extradition vers l’Etat espagnol pour ses seules convictions indépendantistes.

 

A Billère, Jean Yves Lalanne et la commune auront résisté, et ce n’est pas fini semble t-il, mais encore une fois la justice aura donné raison au pouvoir.

 

La justice française, archaïque dans beaucoup de domaine reste l’instrument pour empêcher l’émergence de mouvements populaires proportionnels à la crise que nous vivons et à la régression de nos acquis sociaux et des libertés civiques. Et cela se passe partout en Europe, que les gouvernements soient de droite ou soit disant de gauche.

 

Face à cette crise du système il faut pourtant organiser la résistance et seule la convergence des luttes et la construction de réseaux locaux pourront inverser cette politique mise en place à Bruxelle, Paris et dans les autre capitales européennes. Parce qu’il n’y a aujourd’hui, comme pour un avenir proche, aucune alternative au niveau des Etats, nous devons localement construire notre autonomie, et réinventer à partir de la base et des réalités locales notre avenir.

 

Il nous faut exprimer haut et fort nos convictions et ne pas laisser la place à la seule propagande du pouvoir et à la pensée unique et conformiste qui l’accompagne, et qui se répand chaque jour dans chaque journal télévisé. Cette fresque fait partie de cette expression indispensable et diverse, c’est pour cela que nous la soutenons. Comme nous soutiendrons tous ceux et celles qui, demain, plus que jamais, n’auront comme seule alternative que désobéir, et ce, tant que les peuples n’auront pas construits une alternative à ce système qui nous oppresse et qui risque de perdurer encore quelques temps. Pour la liberté de circuler, la liberté d’expression et de conscience : solidarité !


Advertisements

Daissar una responsa

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Cambiar )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Cambiar )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Cambiar )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Cambiar )

Connecting to %s

%d bloggers like this: