Solidaritat dab Charles Santoni

8 Jun


Quelques militants de Libertat étaient présents pour soutenir Charles Santoni, à Pau, mardi dernier, dans son refus de se soumettre à une prise d’ADN.
Déjà condamné à 15 jours supplémentaires de prison pour ce refus, Charles Santoni comparaissait devant la cour d’appel de Pau ce mardi 8 juin . Cette dernière a decidé de remettre son verdict au 22 juin prochain.
Libertat dénonce la persécution des prisonniers politiques par l’Etat français. Sans rentrer dans les détails sur une loi qui agit rétroactivement et qui était prévue au départ pour les criminels sexuels, le prélèvement d’ADN n’est qu’un prétexte pour obliger les prisonniers politiques à faire acte de soumission. Qui pourrait croire que dans des affaires dites « terroristes », les autorités françaises ne détiennent pas déjà l’ADN des militants emprisonnés ? Le cas de Charles Santoni n’est pas une exception, il y a quelques semaines déjà les mêmes persécutions étaient dirigées contre le militant révolutionnaire libanais George Abdallah (voir ce blog). Les juges ont bien dût admettre de l’hypocrisie des autorités françaises et sont revenus sur les deux premiers jugements qui condamnaient Abdallah pour son refus de prélèvement.
Libertat demande la fin des poursuites contre Charles Santoni et l’annulation de sa condamnation de 15 jours.
Nous exigeons le rapprochement des prisonniers politiques corses en Corse. Et nous réaffirmons que la répression n’est pas la solution face aux revendications souverainistes des peuples dominés par l’Etat français. Seul le respect du droit à l’autodétermination permettra de résoudre les conflits éminemment politiques qui opposent les mouvements de libération à l’Etat français.

Quauques militants de Libertat! Qu’èran presents tà sostièner a Charles Santoni a Pau, dimarç passat, hens lo son refus de’s someter a ua presa d’ADN.
Deja condemnat a 15 dias supplementaris deus presoers politics per l’estat frances, Charles Santoni que passava davant la Cor d’apperet de Pau aquèth dimarç lo 8 de junh. Shens entrar dens los detalhs sus ua lei qui agis retròactivament e qui èra prevista a la basa taus crimièrs sexuaus, lo prelhevament d’ADN qu’ei sonque un pretèxte tà obligar los presoers politics a har acta de sosmission. Qui poiré creder que dens ahars dits « terroristas », las autoritats franchimandas ne detienen pas deja l’ADN deus presoers embarrats? Lo cas de Charles Santoni n’ei pas ua excepcion, deja quauques setmanas i a las medishas persecucions qu’èran dirigidas contra lo militant revolucionari libanes Georges Ibrahim Abdallah tau son refus de prelhevament.
Libertat que demanda la fin de las accions en justicia contra Charles Santoni e l’anullacion de la soa condemnacion de 15 dias.
Qu’exigim l’appressada deus presoers politics corsas en Corsèga. E que tornar affirmar que la repression n’ei pas la solucion cap a las reivendicacions sobiranistas deus pòbles dominats per l’estat frances. Sol lo respècte deu dret a l’autòdeterminacion que permetra de resòlver los conflictes eminentament politics qui oppausan los moviments de liberacion a l’estat frances.

Advertisements

Daissar una responsa

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Cambiar )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Cambiar )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Cambiar )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Cambiar )

Connecting to %s

%d bloggers like this: