Mobilizacion a Vilhèra entaus shens-papèrs

12 Mai

Libertat qu’èra present a l’aplec a Vilhèra entà condamnar l’accion d’un gropuscule fascista contra la fresca deus refugiats. Lo parat tà nosauts de brembar las nostas conviccions de solidaritat dab tots los shens papèrs contra la politica d’exclusion deu govern francés.

Aquera presa de paraula qu’estó leguda aqueste 12 de mai:

Qu’èm ací entà tornar afirmar la nosta solidaritat dab las personas e las familhas qui demoran shens papèrs. Aci tanben entà condamnar un còp mei lo sabotatge de la fresca taus expulsats qui estó hèit per un gropuscule neofascista qui s’estima legitimat per la politica d’exclusion e de racisme deu govern francés e de la prefectura deus Pireneus-Atlantics.

Aqueths neofascistas qui ne suportan pas la solidaritat enter espleitats e victimas de l’istòria. Que saunejan tostems d’un monde embarrat, simplista e d’òdi de l’aute. Nosautes qu’èm tà la libertat de circulacion de las personas, qu’èm taus medishes drets tà tots, que siam vaduts ací o aulhors.

Qu’èm tanben aci tà diser que se la libertat, l’egalitat e la fraternitat que son principis nostes, ne son pas totun, per nosautes a Libertat, pròpis a la Republica francesa.

Ne volem pas desbrombar que quan per noste se comemorè la victòria contra los nazis lo 8 de mai 1945, ua data qui n’ei pas anodina taus qui an causit de sabotar la fresca de Vilhèra, l’armada francesa que massacrè milierats d’argerians qui demandavan simplament eths tanben la libertat.

N’avem pas a mitificar aquesta republica qui a totas las epòcas a discriminat ua partida de la poblacion, tot com contunha de mespresar las culturas autoctònas, coma aci, en Bearn, Occitània. Enqüèra uèi lo dia la França-africa que demora d’actualitat e los exemples atau que son numerós.

N’empacha pas, que, a totas las epòcas tanben, militants, simples ciutadans, familhas sancèras, que’s son solidarizats dab los discriminats e dab los qui èran caçats per las autoritats. Que son aqueths qui’ns agradan mei de nos brembar e véder com exemples de seguir shens càder dens la mitificacion d’un Estat autoproclamat país deus drets de l’òmi.

Qu’ei tot aquò qui ei atacat per aquestes torns, que sia peus neofascistas e autes gropuscules d’extrèma dreta  o peu govèrn e lo son vailet, lo prefècte de Pau, qui n’a quitament pas trobat un mot entà condamnar ua accion explicitament racista e miada per nostalgicas deu regime de Vichy.

Demorem vigilents, la bestia n’ei pas morta, mes ne desbrombem pas que lo dangèr enqüèra mei gran qu’ei  son los qui’ns governan e qui an plan comprés que n’an pas mei besonh d’ua dictatura formau entà caminar de cap taus sons objectius : lo contraròtle e la sosmission deu pòble, la sacralizacion de la proprietat e l’enriquiment d’ua minoritat contra la majoritat.

Nous sommes ici pour réaffirmer notre solidarité envers les personnes et les familles toujours sans-papiers. Ici aussi pour condamner une fois de plus l’ignoble sabotage de la fresque pour les expulsés qui a été mené par un groupuscule néo-fasciste qui s’estime légitime de part la politique d’exclusion et de racisme du gouvernement français et de la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

Ces néo-fascistes  qui ne supportent pas la solidarité entre les exploités et les victimes de l’Histoire. Ils rêvent toujours d’un monde renfermé, simpliste et animé de la haine de l’autre. Nous, nous sommes pour la liberté de circulation des personnes, nous sommes pour les mêmes droits pour tous, que nous soyons nés ici ou ailleurs.

Nous sommes aussi ici pour dire que si la liberté, l’égalité et la fraternité sont nos principes, ils ne sont pas pour autant, pour nous à « Libertat ! », propres à la république française.

Nous ne voulons pas oublier que quand, pour nous, se commémorait la victoire contre les nazis le 8 mai 1945, une date qui n’est pas anodine pour ceux qui ont choisi de salir la fresque de Billère, l’armée française massacrait des milliers d’algériens qui demandaient simplement eux aussi la liberté.

Nous n’avons pas à mythifier cette République qui, à toutes les époques, a discriminé une partie de la population comme elle continue à mépriser les cultures autochtones, comme ici en Béarn, en Occitanie. Encore aujourd’hui la France-Afrique demeure d’actualité et les exemples de ce type sont nombreux.

Cela n’empêche pas qu’ à toutes les époques aussi, militants, simples citoyens et familles entières se soient solidarisés avec les discriminés et avec ceux qui étaient chassés par les autorités. Ceux sont eux que nous voulons garder en souvenir et voir comme exemples à suivre sans tomber dans la mythification d’un Etat autoproclamé Pays des Doits de l’Homme.

C’est tout cela qui est attaqué par ces personnes-là, qu’elles soient néo-fascistes, groupuscules d’extrême droite ou par le gouvernement et son valet qui est le Préfet de Pau. Ce dernier qui n’a même pas trouvé un mot pour condamner cet acte explicitement raciste et mené par nostalgie au régime de Vichy.

Nous restons vigilants car la bête n’est pas morte mais n’oublions pas que des dangers encore plus grands peuvent venir des gouvernants qui ont bien compris qu’ils n’ont pas besoin d’une dictature formelle pour atteindre leurs objectifs : le contrôle et la soumission du peuple, la sacralisation de la propriété et l’enrichissement d’une minorité contre une majorité.

Advertisements

Daissar una responsa

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Cambiar )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Cambiar )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Cambiar )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Cambiar )

Connecting to %s

%d bloggers like this: