Parçan de Lac : injeccion d’efluents e alternativas industriaus

15 Nov

L'image “https://i2.wp.com/mw2.google.com/mw-panoramio/photos/medium/4916334.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Hens la « Republique des Pyrénées » deu divés 13 de noveme de 2009, un articlòt que menciona un estudi deu Conselh superior de susvelhança de las installacions classificadas, pertocant la dangerositat de l’enterrament pregond de las dèishas liquidas vienudas de las usinas quimicas deu parçan de Lac.

Entà LIBERTAT aquera question qu’ei importanta. Dejà en junh de 2000, l’esquèrra revolucionària d’Occitania, a l’epòca Anaram Au Patac, que pausè la question de las consequéncias eventuaus d’aqueras injeccions hens çò qu’aperan lo Crétacé 4000, qui son en hèit ancianas pòcas de gas sosterranas. Pas nada responsa n’estó balhada peus responsables locaus.

Que hè 35 ans adara qu’aqueras injeccions existeishen e las questions que demoran tostemps shens responsa ni informacion entaus poblants. Qu’esperam donc aqueth estudi e que desiram ua informacion vertadèra suus resultats, en particular quan sabem que los elegits locaus contunhan de privililegiar l’industria quimica com alternativa a la fin de l’espleitacion deu gas e au depart de Total en 2013. Un deus arguments màgers deus elegits entà d’aquera alternativa qu’ei justament la possibilitat tà las usinas de’s desbarrassar de las lors dèishas liquidas suu site eth-medish, en serví’s deu Crétacé 4000, mentre que ne coneishem tostemps pas los risques d’aqueras injeccions.

LIBERTAT que vòu tornar díser que d’autas alternativas que deven estar cercadas entà mantiéner emplecs industriaus suu parçan de Lac. Qu’èm hòrt critic per rapòrt a la causida hèita peus elegits locaus, dont David Habib, qui non pensan pas qu’a la quimia fina entà l’aviéner deu parçan.

Aquera quimia fina que minja hèra de moneda publica tà sonque quauques emplecs hòrts qualificats e qui pertocan donc chic de tribalhadors. Las qualificacions deus obrèrs deu parçan de Lac que permeten d’estudiar d’autes vias, dont las qui tòcan aus besonhs elementaris deus poblants : los lotjaments e las energias renoveladèras que son d’aqueras.

En abriu de 1999, Anaram Au Patac que perpausè un document aperat « Bassin de Lacq : Ne plus subir… Agir ! », qui estó ignorat peus elegits, la premsa e los sindicats. A l’epòca l’esquèrra revolucionària que perpausè d’estudiar las tecnologias navèras e industriaus ligadas a la construccion deus lotjaments e susceptiblas d’arrepresentar ua alternativa au « tot quimic » preconizat dejà peus decidaires.

Uei lo dia, LIBERTAT que demora vigilant cap a la situacion deu parçan de Lac qui pertòcan milierats d’emplecs e de familhas. Que desiram uei la mesa en plaça d’un debat vertader e democratic abans lo depart definitiu de las industrias màgers deu parçan. Que hè hrèita especiaument per’mor ne devem pas deishar partir Total, ancianament SNEAP e Elf Aquitània, shens que s’engatge a pagar tà la reconversion industriau deu parçan. Shens l’espleitacion deu gas bearnés, e deus miliards ganhats, aqueras companhias n’aurén dilhèu pas existit.

Version française:

Dans « La République des Pyrénées » de vendredi 14 novembre un petit article mentionne une étude du Conseil supérieur de surveillance des installations classées, sur la dangerosité de l’enfouissement profond de déchets liquides venus des usines chimique du bassin.

Pour LIBERTAT cette question est importante. Déjà au mois de juin 2000, la gauche révolutionaire occitane, à l’époque Anaram Au Patac, posait la question des conséquences éventuelles de ces injections dans ce qu’on appelle Crétacé 4000 sans obtenir aucune réponse de la part des responsables locaux.

Aujourd’hui cela fait 35 ans que ces injections sont effectuées e la question reste sans réponse ni information vers les habitants. Nous attendons donc impatiemment les résultats de cette étude e nous souhaitons qu’une information réelle soit faite sur ces injections, en particulier quand on sait que les élus locaux désirent continuer de priviléger l’industrie chimique comme alternative à la fin de l’exploitation du gaz et au départ de Total en 2013. Un des arguments principaux des élus pour cette voie et justement la possibilité pour les usines de se débarrasser de leurs déchets liquides sur place grâce à l’enfouissement dans Crétacé 4000 alors que nous ne connaissons toujours pas les risques de ces injections, aujourd’hui et dans l’avenir, et qu’aucune information de la population n’existe.

LIBERTAT tient a réaffirmer que d’autres alternatives doivent être recherchées pour maintenir les emplois industriels sur le Bassin de Lacq. Nous sommes très critiques par le choix fait par les élus locaux, dont David Habib, de jouer la carte de la chimie fine pour l’avenir du bassin. La chimie fine reçoit beaucoup d’argent public pour seulement quelques emplois très qualifiés e qui ne touchent donc que peu de travailleurs.

Les qualifications des ouvriers du Bassin de Lacq permettent l’étude d’autres voies, dont celles qui répondent aux besoins élémentaires de la population : les logements et l’énergies renouvelables sont de ceux là.

En avril 1999, AAP proposait un document appelé ‘Bassin de Lacq : Ne plus subir… Agir! » qui fut ignoré par les élus, la presse et les syndicats A l’époque, la gauche révolutionnaire occitane proposait d’étudier les nouvelles technologies industrielles liées à la construction de logements, et qui étaient susceptibles de représenter une alternative au tout chimique préconisé déjà par les décideurs.

Aujourd’hui, LIBERTAT reste vigilant face aux réponses à toutes ces questions qui touchent à l’avenir de milliers d’emplois e de familles. Nous voulons qu’un véritable débat démocratique soit engagé, de suite, sur l’avenir du bassin de Lacq, avant le départ définitif des principales industries du bassin. C’est nécessaire en particulier parce que nous ne devons pas laisser partir Total, anciennement SNEAP et Elf Aquitaine, sans qu’il ne s’engage a payer pour la reconversion industrielle du bassin. Surtout quand nous savons que sans l’exploitation du gas béarnais et des milliards gagnés, ces compagnies n’auraient peut-être pas existé.

Advertisements

Daissar una responsa

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Cambiar )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Cambiar )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Cambiar )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Cambiar )

Connecting to %s

%d bloggers like this: