Transmission naturau e familiau de l’òc

7 Nov

20 e 21 de noveme a l’IUFM de Tarba: Congrès europèu sus la transmission naturau e familiau de l’occitan e de las lengas minorizadas en Euròpa


Tornar téisher lo ligam

La question de la transmission familiau qu’ei ua question màger entà l’aviéner de la lenga occitana. Pendent detzenats d’annadas, tot qu’estó hèit entà que los pairs e deishèssen de transméter la lenga aus mainatges. Qu’èra un element centrau de la politica lingüistica en França. Tà l’occitan e las autas lengas de França qu’estó quasi lo còp de la mort. Tot qu’èra hèit entà que los pairs estossen vergonhós de la lor lenga. Que calèva que los mainatges estossen copats de la lenga qui’s parlavan sovent los pairs enter eths. N’ei pas necessari d’estar hòrt sapient en psicologia entà compréner qu’aquò avó consequéncias malastrosas sus ua generacion, e quitament sus mantuas.

L’occitan, com las autas lengas minorizadas, qu’èra ua lenga vergonhosa. N’èra quitament pas ua lenga. Tot aquò qu’averé podut miar la lenga occitana a la mort ; mes a maugrat de tot qu’a resistit. Uei que devem tornar téisher lo ligam lingüistic familiau quan ei enqüèra possible o que’u cau tornar crear, còps que i a dens un paisatge arroeinat. Los domaus psicologics de decenias de denigrament e de mesprètz non pòden estar denegats. Que’us cau conéisher, que’n cau préner la pagèra entà bastir la politica lingüistica de doman.

Ua generacion navèra qu’ei a vóler préner en carga l’aviéner de la lenga. Aquesta qu’a besonh de conéisher aquera istòria dab las dolors e los traumatismes qu’engendrè. Que comprenerà miélher las dificultats qui trobarà suu camin qui a causit. Que cau ajudar aquera generacion en li amuishar que la transmission de la lenga en familha e’s pòt apear sus aisinas exterioras com l’escòla o los mèdias per exemple. De tornar socializar la lenga occitana no’s pòt pas har shens arrevitar la transmission familiau.

En un sègle totun lo monde qu’a cambiat. La lenga qu’ei tostemps un objècte politic mes l’environament qu’ei diferent ; los enjòcs non son pas los d’un còp èra. L’occitan qu’ei un ben collectiu. Qu’ei lo de tots los qui’u parlan e de tots los qui, per non pas estar locutors, desiran totun que d’autes, qui vieneràn après eths, e’u poscan parlar.

manifoc

Retisser le lien

La question de la transmission familiale est une question majeure pour l’avenir de la langue occitane. Pendant des dizaines d’années, tout a été fait pour que les parents ne transmettent plus la langue à leurs enfants. C’était un élément central de la politique linguistique en France. Pour l’occitan, et pour les autres langues, ce fut presque fatal. Tout était fait pour que les parents aient honte de leur langue. Il fallait que les enfants soient coupés de la langue que souvent leurs parents parlaient entre eux. Il n’est pas nécessaire d’être un grand psychologue pour savoir que cela a eu des conséquences, sur une et même plusieurs générations.

L’occitan comme les autres langues était la langue honteuse. Ce n’était même pas une langue. Tout cela aurait pu tuer l’occitan mais, malgré tout, il a résisté. Les dégâts sont cependant importants et aujourd’hui il faut retisser le lien linguistique familial là où c’est encore possible et parfois il faut le recréer sur des ruines. Les dégâts psychologiques de décennies de politique de dénigrement son incontestables. Il faut les connaitre, les mesurer afin de bâtir la politique linguistique de demain.

Une génération nouvelle est prête à prendre en charge l’avenir de la langue mais elle a besoin de connaitre cette histoire et les traumatismes qu’elle a engendrés. Cette génération comprendra mieux les difficultés de la tâche qui l’attendent. Il faut l’aider en lui montrant que la transmission de la langue en famille peut être soutenue par des outils extêrieurs comme l’école ou les médias par exemple. La resocialisation de la langue occitane ne se fera pas sans un redémarrage de la transmission familiale.

Cependant en un siècle le monde a changé. La langue reste un objet politique mais l’environnement est différent ; les enjeux ne sont plus les mêmes. L’occitan est un bien collectif. Il concerne ceux qui le parlent et ceux qui souhaitent, bien que n’étant pas locuteurs, que d’autres, qui viendront après eux puissent le parler.

David Grosclaude, président de l’Institut d’Études Occitanes.

Programa complet deu congrès suu site de l’IEO :

http://www.ieo-lengadoc.org/ieospip/spip.php?article1568



Advertisements

Daissar una responsa

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Cambiar )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Cambiar )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Cambiar )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Cambiar )

Connecting to %s

%d bloggers like this: