Image

Jornada de la hemna en luta 2015

1 Mar

jornada-hemnas-libertat2015-4

Serada de sosten a Calandreta ! Ca-i Numeros!

1 Mar

14_mars_kimbala_calandreta_paulinaDès 19h et au long de la soirée : Fanfare tout terrain LOS DE SEICHE!
Jusqu’à 22h : Bal Trad avec ESPARTENHAS, Le DUO BECUT CAMACRUDA, et Lo COLLECTIU BEARNES.
A 22h : KIMBALA !

Restauration sur place. Entrée gratuite -de 12 ans.
Réservation :www.calandreta-pau.org
Points de vente : Brasserie Béarnaise (rue Balaïtous,Pau), La Foire aux Pains (rue Champetier de Ribes, Pau)

Serada de sosten a la Tor deu borreu

24 feb

serada_oèst-còsta_

Grans coperativas, lo camin d’enlòc.

23 feb

La cooperativa: concèpte alebader cap a l’economia de mercat

La cooperativa qu’ei açò?
Lo mot cooperativa qu’ei uei un mot emplegat a tot hòrt a truvers deu quau que trobam tot e lo son contrari.
Au sens purmer deu tèrmi ua cooperativa qu’ei ua entitat economica vaduda suu principi de la cooperacion. Qu’a per tòca de servir au maximum los interés economics deus sons participants (sòcis).
Qu’ei totun evident que la cooperativa aja un caractèr sociau important, lo ben-estar sociau qu’ei d’aulhors ua consequéncia de l’escaduda economica de la quau pòt beneficiar cada sòci de la cooperativa. Tà Libertat, la cooperativa qu’ei a l’encòp ua entitat sociau, economica e culturau com definit per l’aliança cooperativa internationau. Mes que podem hornir lo hèit que dévia respetar lo principi de justicia sociau e non contentà’s de principis egalitaris. L’egalitat n’ei pas tostemps justicia com ac bremba aquera ilustracion:

egalité-justice

La cooperativa que deu garantir los interés deus sons sòcis mes tanben assegurà’s que los mei aisats ne profieiten pas mei deu sistèmi que los mei desmunits. Com ac vam véder aqueste enjòc de la justicia sociau ei plan sovent absenta dens las grans cooperativas e mia à l’integracion progressiva d’aqueras dens un sistèmi liberau injuste.
La cooperativa au sens on l’entenem qu’ei ua entitat completament oposada au sistèmi economic mondiau dominant: lo capitalisme. Lo principi de cooperacion n’ei pas illegau dens las nostas societats puishque pòt estar espleitat per l’economia de mercat…
Que vederam quin lo capitalisme passa aquera contradiccion entà profieitar d’ua partida d’aquestas cooperativas.

La cooperativa, quin vad au miei d’un grop de tribalhadors?
Que vam préner l’exemple des paysans qui ns’interessa un drin mei baish, que parleram donc de cooperativa de produccion per diferenciacion dab las cooperativas de consomacion, bancàrias, d’assegurança, etc.
Las paisanas e los paisans ne son pas mei uei lo dia qu’ua minoritat de la populacion activa mentre qu’an dominat las societats, en nombre sonque, despuish quauques milenaris sus la majoritat deus territòris de l’Eurasia. Aquesta caduda començada au sègle XIXau dens las grans metropòlas imperiaus n’acaba pas de desvaloeizar aqueths mestiers (eslhevaires e agricultors) totun indispensables a las nostas vitas.
Aquesta desertificacion deu sector que s’explica per l’emergéncia deu sector industriau, per los cambiaments de mòde de consomacion e donc per la transformacion de products bruts abans d’estar venuts per lo sector commerciau eth tanben en creishença, per l’emergéncia deu sector terciari (servicis) e fin finau per las aumentacions de rendement: purmèr la Revolucion vèrda dab ua fòrta mecanisacion (pas mei besonh d’aver recors a ua familha numerosa oa l’ajuda deus vesins), un emplec dinc a hartèra de products hautament nocius tà l’uman e entau son environament (malaudias taus paisans, polucion de las aigas,…) e tant pertant dab la navèra «Revolucion» aperada OGM qui aumenta enqüèra los rendements e las polucions mes sus quauquas annadas sonque pr’amor actuaument Monsento n’a tostemps pas meliorat lo son product deu quau las maishantas èrbas acaben de s’adaptar.
Cap au poder de l’agroalimentari, lo despoder de véder los sons vesins véner la tèrra los uns après los autes, paisans minjats peu regime individualiste de las nostas societats contemporanèus que manifèstan totun l’enveja de s’associar entà resistir.
Qu’apitan donc cooperativas. Sovent corporatistas, que trobam cooperativas viticòlas, cerealèras, vacarrèras, ovinas,… Lavetz ne tribalham pas mei tà enterpresas poderosas qui manténen los pretz de crompa aus productors baishs e qui ns’ assecan a tot petit drin mes que preferim tribalhar entà si-medish dens un grop. A la debuta qu’èm com un equipa d’espòrt qui luta amassa entau simple mantién o entà la glòria, que deisham l’adversitat qui podèva existir enter vesins entad ua competicion a l’escala regionau, nacionau quan seré internacionau, lo patriotèr alimentant aqueth sentiment de fiertat locau e de competicion. Que participam atau au gran campionat deu mercat mondiau. Manca que dens totas las equipas de fotbal o de rugbi que i a un «coach», qu’ei lo director, lo president qui n’ei pas tostemps apte tad escapar a la canta de las serènas deu poder o deus sòs. Que i a tanben gavidaires e esponsòrs quan la coopérative e’s desvolòpa, vad gran, beu e minja. aquiu que son los investissadors qui n’adereishen pas au principi coperatiu mes qui viénen tà’s ganhar sòs sus l’esquia de l’equipa. L’equipa qui estosse alavetz au centre de las preoccupacions vadèva l’anèth d’un cicle financèr plan rodat, que desvolopan infrastructuras, que venen productes derivats, que venen l’imatge deus jogaires, e que cobreishen tot escandale eventuau quan seré d’abandonar un deus sons jogaires…
Qu’ei çò qui arribè a l’enterpresa Lur Berri.
Lur Berri qu’ei aquò?

Lur Berri (Navèra tèrra en basco) qu’eivaduda en 1971 de la fusion entre la coperativa de cereales deu Bascoat creada en 1936 e la de Baisha-Navarra vaduda en 1947.
Dens las anadas 80 la coperativa que’s desvolòpa sus dus fronts: la produccion animau de l’ua part e l’arrecrompa de numerós negòcis notadament en Bearn (Garlin, Bonut, Artics, Espoelh, Coarraza-Nai,…)

Que destriam 3 pòles çò qui muisha plan que los productors comdit abans ne son pas meiau centre deu sistèmi coperatiu mes ne son pas qu’ua etapa dens lo cicle financier de Lur Berri.
un pòle agricòle dividit en 6 grops:
dus gropaments de cerealiers (un tà las cerealas de consomacion e un aute tau semi).
quatre gropaments tà la produccion animau: bovins, ovins, pòrcs e palmipèdes.
Tot o partida de la loa produccion passa peu pòle agroalimentari e las soas numerosas filialas.
un pòle agroalimentari
partenariats numerós: Pioneer (gavidaire mondiau de la semeça de milhòc), Pinguin Belgique (legumatge susgelat), Martiko (gavidaire espagnòu deu hitge gras e deu saumon, Lur Berri que horneish tots los guits, via la soa filiala Labeyrie, qui son transformats e venuts en Espanha).
Lo grop Lur Berri qu’ei accionari d’Arcadie Sud-Ouest (42%), de «A la table de Spanghero» (95%) e d’Alfesea (62,9%) era-medisha accionària de Labeyrie fine foods
Badonc las raflas de milhòc que son transformats via Eurocob (a Maubourguet en Bigòrra) qui fabrica aliments taus animaus de bòrda.
un pòle distribucion hornit
Dab la filiala Coustenoble: mesclanha, condicionament, ensacatge e venta deus grans taus animaus de compania.
Dab tanben 2 ensenhas: Gamm Vert et Mr Bricolage.
Lur Berri qu’a 20 comerçis de proximitat en zòna urbana o rurau.
Autre ensenha: Lur Berri jardinerie (12 establissaments)

Lavetz qu’avem la vertadera cara d’aquera societat qui n’ei pas mei ua coperativa mes un grop comerciau multipolari qui contraròtle a l’encòp la produccion, la transformacion e la venta deus sons productes. Suu siti deu grop qu’aprenem que la soa implantacion ei uei lo dia internacionau puishqu’ei presenta en França, en Belgica, Anglatèrra, Escòssia e Spanha.
Lo grop, e qu’ei lo jòc deu capitalisme, ensaja tanben d’aver lo contraròtla deu son imatge dens los médias: ua cobertura publicitària urosa dab un imatge de marca «ancrée au Pays Basque», la contradiccion que seré arridedera se n’estosse pas triste. Suu siti que van mei luenh en hornir que Lur Berri sia dens «une démarche collective et solidaire». Totun pas nada publicitat n’estó hèita a l’entorn de possibles temoenhatges de solidaritat dens o a l’exterior deu grop. Que s’adaptan au consumidor o miélher qu’adaptan lo consumidor a la marca en hà’u crompar legumatge transformat en Belgica, carn de chivau romanesa (ahar Spanghero 2013),… lo tot devath l’assegurança de consumir locau, net. E cerisa sus la còca, qu’ei dens ua «démarche collective et solidaire»!
Ne podem pas sospieitar esperits mau-sans qui aurén taulhucat sabudament lo principi coperatiu d’autecòps au còr d’aqueras coperativas com Lur Berri o enqüèra Euralis. Çò qui s’opèra dens aquestas ancianas coperativas vadudas mejans o grans grops financiers qu’ei la consequéncia de l’entrada d’aqueras entitats dens lo sistèmi capitaliste qui devath ua libertat ilusòria d’enterpresa demanda règlas hèra estrictas: que’s cau espandir o morri’s. La logica de rendament, d’eficacitat, deu chifre qu’arremplaça lo fondament de partatge et d’ajuda.
L’ahar Spanghero (2013) e mei recentament l’ahar de la mau distribucion d’aliments a un vaquer de Navalhas* dens laquau lo grop n’enten ni hai ni sho entà deféner lo son imatge meilèuque d’ajudar lo productor que muishan quaus son los objectius reaus d’aquesta entitat sonque economica qui hè passar los interés financiers deu grop abans los interés socio-economics deus sons sòcis.

En conclusion que podem díser qu’aqueth sistèmi, dab la crisi generau deu capitalisme actuau, n’a pas d’aviéner durable. Vertat sia mauaisit tad eslhevaires o agricultors de deishar aquera suberestructuras qui’us espleitan tot en mantiéner en vita e qui’us deishan de costat cap a la mendre difficultat, qu’aperam aqueras tribalhadoras e aqueths tribalhadors a desvolopar ua autonomia creishenta de cap tad aqueths grops abans que desaparescan tot d’un còp e a s’organizar enter eths tà bastir vertaderas coperativas popularas entà establir ua relacion de hidança e ua vertadera solidaritat dab la rèsta de la populacion.
La coperativa populara: un esquème de desvolopar, los monopòles capitalistes de copar, lo poder deu pòple de conquesir!

*Edith et Cédric, un couple d’éleveurs navaillais a reçu une livraison d’aliments pour vaches provenant de Lur Berri il y a plus d’un an et demi. Seulement voilà, les aliments pour vaches et pour génice avaient été inversés. Le couple a perdu 9 bêtes dans l’affaire dont certaines qu’il a fallu abattre. Un manque à gagner gigantesque pour ces producteurs locaux, «on perd 25 000€/an». Lur Berri et le transporteur se renvoient la balle de la responsabilité quant à Groupama, le groupe n’a pas indemnisé les navaillais et a retourné plusieurs fois sa veste dans l’affaire.
Ua purmèra etapa dens lo procès qui’usoposan que’s debanarà a Pau lo 20 d’abriu.

lur berri

La coopérative: concept vulnérable face à l’économie de marché

Qu’est-ce qu’une coopérative?
Le mot coopérative est aujourd’hui un mot fourre tout à travers duquel on trouve tout et son contraire.
Au sens premier du terme une coopérative est une entité économique fondée sur le principe de la coopération. Elle a pour objectif de servir au mieux les intérêts économiques de ses participants (sociétaires ou adhérents).
Il est cependant évident que la coopérative a un caractère social important, le bien-être social est d’ailleurs une conséquence de la réussite économique dont peut bénéficier chaque sociétaire de la coopérative. Pour Libertat, la coopérative est à la fois une entité sociale, économique et culturelle comme la définit l’alliance coopérative internationale. Mais on ajoutera le fait qu’elle doive respecter le principe de justice sociale et non se contenter de principes égalitaires. L’égalité n’est pas toujours justice comme le rappelle cette illustration:

egalité-justice

La coopérative doit non seulement garantir les intérêts de ses membres mais aussi s’assurer que les plus aisés ne profitent plus du système que les plus en difficultés. Comme on va le voir cet enjeu de la justice sociale est bien souvent absente des grandes coopératives et conduit à l’intégration progressive de celles-ci dans un système libéral injuste.
La coopérative au sens où nous l’entendons est une entité complètement opposée au système économique mondial dominant: le capitalisme. Le principe de coopération n’est pas illégal dans nos sociétés puisqu’il peut être exploité par l’économie de marché…
Nous verrons comment le capitalisme surmonte cette contradiction pour profiter d’une partie de ces coopératives.

La coopérative, comment naît-elle au sein d’un groupe de travailleurs?
Nous allons prendre l’exemple des paysans qui nous intéresse un peu plus bas, on parlera donc de coopérative de production par différenciation avec les coopératives de consommations, bancaires, d’assurances, etc.
Les paysannes et paysans ne sont plus aujourd’hui qu’une minorité de la population active alors qu’ils ont dominé les sociétés, en nombre seulement, depuis quelques millénaires sur la majorité des territoires de l’Eurasie. Cette chute quantitative amorcée au XIXe siècle dans les grandes métropoles impériales ne cesse de dévaloriser ces métiers (éleveur et agriculteur) pourtant indispensables à nos vies.
Cette désertification du secteur s’explique par l’émergence du secteur industriel, par les changements de mode de consommation et donc par la transformation des produits bruts avant d’être vendus par le secteur commercial lui aussi en croissance, par l’émergence du secteur tertiaire ( des services) et enfin par les augmentations de rendement: d’abord la Révolution verte avec une forte mécanisation (plus besoin d’avoir recours à une famille nombreuse ou à l’aide de voisins), un emploi déraisonné de produits hautement nocifs pour l’humain et son environnement (maladies chez les paysans, pollution des eaux souterraines et ruisseaux,…) et plus récemment avec la nouvelle Révolution nommée OGM qui augmente encore les rendements et les pollutions mais sur quelques années seulement car actuellement Monsento n’a toujours pas amélioré son produit auquel les mauvaises herbes finissent par s’adapter.
Face à la puissance de l’agroalimentaire, l’impuissance de voir ses voisins vendre les uns après les autres leurs terres, des paysans absorbés par le régime individualiste de nos sociétes contemporaines éprouvent toutefois l’envie de s’associer pour résister.
Ils fondent donc des coopératives. Souvent corporatistes, on trouve des coopératives viticoles, céréalières, bovines, ovines,… On ne travaille plus alors pour de puissantes entreprises qui maintiennent des prix d’achats bas et qui nous assèchent peu à peu mais on préfère plutôt travailler pour soi dans un groupe. Au début, on est comme une équipe de sport qui lutte ensemble pour le simple maintien ou pour la gloire, on délaisse l’adversité qui pouvait exister entre voisins pour une adversité à l’échelle régionale, nationale, ou même internationale, le chauvinisme alimentant ce sentiment de fierté locale. On participe ainsi au grand championnat du marché mondial. Seulement dans toute équipe de football ou de rugby il y a un coach, c’est le directeur, le président pas toujours apte à échapper au chant des sirènes du pouvoir ou de l’argent. Il y a des dirigeants et des sponsors quand la coopérative se développe, s’agrandit, absorbe, dévore. Ici ce sont les investisseurs qui n’adhèrent pas au principe coopératif mais qui viennent pour faire de l’argent sur le dos de l’équipe. L’équipe qui était alors au centre des préoccupations devient le maillon d’un cycle financier bien rôdé, on développe des infrastructures, on vend des produits dérivés, on vend l’image des joueurs, et on couvre tout scandale éventuel quitte à abandonner l’un de ses joueurs…
C’est ce qui est arrivé à l’entreprise Lur Berri.
Qu’est-ce que Lur Berri?

Lur Berri (Nouvelle Terre en basque) est néée en 1971 de la fusion entre la coopérative de céréales du Pays Basque fondée en 1936 et celle de Basse-Navarre créée en 1947.
Dès les années 80 la coopérative se développe sur deux fronts: la production animale d’une part et le rachat de nombreux négoces notamment en Béarn (Garlin, Bonnut, Artix, Espoey, Coarraze-Nay,…)

On distingue 3 pôles ce qui montre bien que les producteurs comme dit précédemment ne sont plus au centre du système coopératif mais ne sont qu’une étape dans le cycle financier de Lur Berri.
un pôle agricole divisé en 6 sous-groupes:
deux groupements de céréaliers (un pour les céréales de consommation et un autre pour la semence).
quatre groupements pour la production animale: bovins, ovins, porcs et palmipèdes.
Tout ou partie de leur production passe par le pôle agroalimentaire et ses nombreuses filiales.
un pôle agroalimentaire
partenariats nombreux: Pioneer (leader mondial de la semence de maïs), Pinguin Belgique (légumes surgelés), Martiko (leader espagnol du foie gras et du saumon, Lur Berri fournit tous les canards, via sa filiale Labeyrie, qui sont transformés et vendus en Espagne).
Le groupe Lur Berri est actionnaire d’Arcadie Sud-Ouest (42%), de «A la table de Spanghero» (95%) et d’Alfesea (62,9%) elle-même actionnaire de Labeyrie fine foods
Par ailleurs les rafles de maïs sont transformés via Eurocob (à Maubourguet en Bigorre) qui fabrique des aliments pour les animaux de la ferme.
un pôle distribution fourni
Avec la filiale Coustenoble:mélange, conditionnement, ensachage et vente de graines pour animaux de compagnie.
Avec aussi 2 enseignes: Gamm Vert et Mr Bricolage.
Lur Berri possède 20 magasins de proximité en zone urbaine ou rurale.
Autre enseigne: Lur Berri jardinerie (12 établissements)

Nous avons alors le vrai visage de cette société qui n’est plus une coopérative mais un groupe commercial multipolaire qui contrôle à la fois la production, la transformation et la vente de ses produits. Sur le site du groupe on apprend que son implantation est aujourd’hui internationale puisque présent en France, en Belgique, Angleterre, Ecosse et Espagne.
Le groupe, et c’est le jeu du capitalisme, tente aussi d’avoir le contrôle de son image dans les médias: une couverture publicitaire satisfaisante avec une image de marque «ancrée au Pays Basque», la contradiction serait risible si elle n’en était pas triste. Sur le site on va plus loin en ajoutant que Lur Berri c’est «une démarche collective et solidaire». Cependant aucune publicité n’est faite autour de probables témoignages de solidarité dans ou à l’extérieur du groupe. On s’adapte au consommateur ou mieux on adapte le consommateur à la marque en lui faisant acheter du légume transformé en Belgique, de la viande de cheval roumaine (affaire Spanghero 2013),… le tout sous l’assurance de consommer local, propre. Et cerise sur le gâteau, c’est dans une «démarche collective et solidaire.»

On ne peut pas soupçonner des esprits malsains qui auraient brisé sciemment le principe coopératif d’antan au sein de ces coopératives comme Lur Berri ou encore Euralis. Ce qui s’opère dans ces anciennes coopératives devenues moyens ou grands groupes financiers c’est la conséquence de l’entrée de ces entités dans le système capitaliste qui sous couvert d’une illusoire liberté d’entreprise exige des règles très stricts: il faut grandir ou mourrir. La logique de rendement, d’efficacité, du chiffre remplace le fondement de partage et d’entraide.
L’affaire Spanghero (2013) et plus récemment l’affaire de la mauvaise distribution d’aliments à des éleveurs de vaches laitières* dans lesquelles le groupe joue la sourde oreille pour protéger son image plutôt que d’aider le producteur démontrent quels sont les objectifs réels de cette entité strictement économique qui fait passer les intérêts financiers du groupe avant les intérêts socio-économiques de ses membres.

En conclusion on peut dire que ce système, avec la crise générale du capitalisme actuel, va droit dans le mur et n’a aucun avenir durable. Bien qu’il soit très difficile pour des éleveurs ou agriculteurs de quitter ces mégastructures qui les exploitent tout en les maintenant en vie et qui les délaissent face à la moindre difficulté, nous appelons ces travailleuses et ces travailleurs à développer une autonomie croissante vis à vis de ces groupes avant qu’ils ne disparaissent d’un coup et à s’organiser entre eux pour bâtir de véritables coopératives populaires et établir une relation de confiance et une véritable solidarité avec le reste de la population.

La coopérative populaire: un schéma à développer les monopoles capitalistes à démanteler, le pouvoir du peuple à conquérir!

*un couple d’éleveur navaillais a reçu une livraison d’aliments pour vaches provenant de Lur Berri il y a plus d’un an et demi. Seulement voilà, les aliments pour vaches et pour génice avaient été inversés. Le couple a perdu 9 bêtes dans l’affaire dont certaines qu’il a fallu abattre. Un manque à gagner gigantesque pour ces producteurs locaux, «on perd 25 000€/an». Lur Berri et le transporteur se renvoient la balle de la responsabilité quant à Groupama, le groupe n’a pas indemnisé les navaillais et a retourné plusieurs fois sa veste dans l’affaire.
Une première étape du procès qui les oppose aura lieu le 20 avril à Pau.

Acamp 20h en solidaritat dab los camarad@s bascas!

28 Jan

Libertat! que sostien los militants d’aitzina arrèstats gèr e que son tostemps detenuts a la gendarmeria de Pau. Qu’apèram totas e tots a viener manifestar la nosta solidaritat aquesta nuèit a 20h!


LIbertat! soutien les militants d’aitzina arrêtés hier et qui sont toujours détenus à la gendarmerie de Pau. Nous appelons toutes et tous à venir manifester notre solidarité cette nuit à 20h!

Solidaritat dab la luta basca! liberatz los nostes camarad@s!

TOT@S A 20H DAVANT LA GENDARMERIA DE PAU!

Total Vergonha!

18 dec

lacqNous apprenons que Total suspend la dépollution du bassin de Lacq. ici

Le groupe Total est la première entreprise française en chiffre d’affaire, la première capitalisation européenne et la sixième entreprise pétrolière mondiale, c’est donc un des monopole qui oriente la politique de l’Etat, qui le dirige.

Rappelons que c’est avec la découverte des gisements de gaz en Gasconha et notamment celui de Lacq en 1951 que ce monopole qui comme beaucoup d’entreprise a pu se développer grâce à son statut étatique. Ce statut, en empêchant la concurrence, a permis un développement sans entrave et accoucher du géant que nous connaissons. La plus part des géants du capitalisme français sont issus des monopoles étatiques et de la planification post-seconde guerre mondiale.

Les Béarnais, de leurs richesses souterraines n’ont pas tiré grand profit, le gaz allant notamment irriguer les entreprises lyonnaises et pires a servi à participer à la fin de l’exploitation des mines occitanes de Lasalla (Decazeville). Notamment en alimentant une centrale au gaz et donc en rendant inutile l’exploitation du charbon de ce bassin…C’est un des nombreux exemples de la cocufication du vieux colonialisme français.

Après avoir accumulé un énorme capital à travers cette première exploitation elle a pu se tourner vers les colonies et continuer à bâtir son empire avec comme indéfectible soutien la République et ses armées.. Lors de la mal-nommée décolonisation, elle a continué à orienter la ‘coopération’ c’est-à-dire la soumission de l’Afrique à l’ancienne métropole coloniale, c’est la fameuse Françafrique. Bien sûr il y avait un pacte tacite, Total acceptait de perdre de l’argent en ce maintenant en métropole dans certaines branches comme le raffinage mais avec tout le soutien de l’Etat dans ces entreprises d’outremer.

Avec la crise générale du capitalisme ce pacte, comme d’autres, vole en éclat. Les raffineries ferment les unes après et les autres et cela entame d’une certaine façon notre souveraineté populaire et nous pouvons être sûr que les 3000 emplois liés à la recherche à Pau vont vite être attaqué. Car avec la crise les géants du pétrole sont durement touchés, le prix du baril s’est effondré, du fait du ralentissement de la croissance mondiale et de l’exploitation démesurée du gaz de schiste. Et par les contradictions dont le capitalisme raffole, cette baisse va rendre non rentable l’escroquerie gigantesque du gaz de schiste, le serpent se mord la queue et les entreprises aillant investies là-dedans quittent le navire.

Pour nous Béarnais cela signifie la ‘pause’ de la dépollution du bassin de Lacq, cette ‘grande aventure’ aura laissée de nombreux morts et malades, une terre ravagée et un bassin partiellement désindustrialisé (les grands unités productives ont fermées). Le capitalisme ne peut que gérer les ressources de cette manière sans aucune réflexion sur le long terme, sans aucun plan, ni projet, seulement le profit immédiat.

Total doit payer la dépollution, c’est le minimum. Nous devons demander des comptes à nos élus et à cette entreprise sur ses agissements chez nous mais aussi en Afrique et partout dans le monde. Ce type de monopole doit être démantelé et nous devons rapidement amorcer une véritable transition énergétique sous contrôle populaire et pour cela il nous faut un pouvoir populaire au service des intérêts de la majorité cassant la dictature des Gattaz et Cie.

Mobilizacion procès Tor Deu Borrèu!

13 dec procès-tor_programa-19dec2014_2

Recapitulatiu de l’ahar e deu prumèr procès:
Récapitulatif de l’affaire et du premier procès:
http://comitat-libertat-tor.blogspot.fr/2014/10/purmer-tornar-deu-proces-premier-retour.html
http://comitat-libertat-tor.blogspot.fr/2014/10/tract-diffuser.html
MOBILIZACION!
LA RESISTENCIA QU’EI UA QUESTION DE DIGNITAT!

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.